Les licornes ont elles déjà existées ?

Le 30 novembre 2012, l’Agence centrale de presse coréenne, l’agence de presse du gouvernement nord-coréen, a rapporté que les scientifiques avaient « reconfirmé » l’existence et l’emplacement de la dernière demeure de la licorne montée par le roi Dongmyeong, le père fondateur de Goguryeo, l’ancien royaume de Corée. La tombe de la licorne était située sous un rocher près de Pyongyang, capitale de la Corée du Nord, avec une gravure sur laquelle on pouvait lire « La tanière de la licorne ».

Article offert par Mademoiselle Licorne

Comme beaucoup de supposés reportages qui sortent de Corée du Nord ces jours-ci, cette preuve qu’une créature mythique comme la licorne a déjà existé a été ignorée et la communauté scientifique mondiale s’est moquée de la plupart d’entre eux. Après tout, c’est la même agence de presse qui a rapporté que l’ancien leader Kim Jong Il avait inventé le hamburger et qu’il avait onze trous d’un coup la première fois qu’il avait touché les liens. (Quoi, il n’était pas assez bon pour avoir 18 trous en un ?) Donc, c’est juste que cette affirmation scandaleuse soit prise comme telle. Mais les licornes ont été discutées et ont reçu un statut mythique depuis des siècles maintenant, dans des textes religieux, des observations de voyage, et même dans d’anciens articles académiques. Les licornes, à un moment donné, existaient vraiment ? Si ce n’est pas le cas, d’où vient la légende de ce cheval magique à une corne ?

Pour les non-initiés, les licornes sont des créatures mythiques qui possèdent une seule corne dépassant de leur front. Les légendes varient sur les pouvoirs exacts de la licorne. Certains disent qu’il peut voler, d’autres disent que leurs cornes possèdent un pouvoir de guérison incroyable, et d’autres encore disent que les licornes sont immortelles.

La première représentation connue d’une « licorne » à une corne se trouve dans les anciennes grottes de Lascaux, en France. Les tirages remontent à 15 000 ans avant notre ère. En réalité, la créature sur les murs de la grotte avait deux cornes, mais les découvertes originales ont été confondues en raison de l’approximation étroite des cornes dans le dessin. Plus probablement, le dessin représente une sorte de taureau ou d’antilope.

Le premier récit écrit d’une licorne dans la littérature occidentale vient du médecin grec Ctésias au IVe siècle avant notre ère. En voyageant à travers la Perse (l’Iran d’aujourd’hui), il a entendu les récits d’un « âne sauvage » à corne unique errant dans l’est du monde de la part de ses compagnons de voyage. Dans ses écrits (tirés du manuel de recherche « Lore of the Unicorn » de 1930 d’Odell Shepard), Ctésias décrit ces créatures comme étant « grandes comme des chevaux » avec des corps blancs, des têtes rouges et des yeux bleus. Ctésias a dépeint la corne comme multicolore et d’environ un pied et demi de long.

Ils étaient si rapides et si puissants, affirmait Ctésias, qu’aucune créature, ni le cheval ni aucun autre, ne pouvait le dépasser. Selon l’article de Time Magazine « A Brief History of Unicorns », il est probable que Ctesias n’a jamais vu cette créature lui-même, mais a plutôt combiné les représentations qui lui ont été racontées par ses amis étrangers. D’autres personnages célèbres à travers l’histoire ont rapporté leurs propres observations de licornes, y compris Marco Polo (les appelant « brutes laides »), Genghis Khan (qui aurait décidé de ne pas envahir l’Inde en voyant la créature), et Pline l’Ancien.

Selon de nombreux scientifiques, ce que ces gens ont vu (ou, dans le cas de Ctésias, ce qui lui a été décrit) pourrait être en fait un rhinocéros. Le rhinocéros indien correspond à de nombreuses descriptions enregistrées lorsque ceux qui ont rencontré une licorne – la corne unique, la nature puissante, et même Polo les appelant « brutes laides ». Alors que les rhinocéros et les chevaux ne se ressemblent pas beaucoup, les chevaux étaient une quantité bien connue chez nous. Les gens savaient ce qu’étaient les chevaux. C’était tout à fait crédible et donne une image vague de ce à quoi ressemblait l’animal, semblable à la façon dont Koala a fait attacher l' »ours » à son nom et a aussi été appelé « ours singe » à un moment donné. En fait, cette théorie est tellement répandue que le nom scientifique du rhinocéros indien est rhinocéros unicornis.

La licorne est même mentionnée neuf fois dans la version de la Bible du roi Jacques. « Dieu les a fait sortir d’Egypte, il a comme la force d’une licorne » et « Sauve-moi de la bouche du lion, car tu m’as entendu des cornes des licornes » ne sont que deux des vers sur le thème des licornes dans cette version de la Bible.

Il peut s’agir d’une simple erreur de traduction. Dans la Bible hébraïque (la Torah), il y a des références à une créature appelée « re’em ». Les érudits croient que « re’em » était un type de bœuf sauvage aujourd’hui disparu ou, potentiellement, l’oryx arabe, aujourd’hui en voie de disparition mais toujours existant. A aucun moment la Torah ne fait référence à cet animal comme étant une corne, bien qu’il existe un artestompien qui dépeigne les profils de ces animaux dans lesquels une seule corne est visible. Lorsque l’Ancien Testament a été traduit en grec, ces créatures ont pris le mot « monokeros » signifiant à une corne, parce que les écrivains connaissaient mieux l’œuvre d’art que les transcriptions elles-mêmes. Dans la Bible latine, c’est devenu « unicornos », puis, dans la traduction anglaise, « unicornos ». Comme un jeu fou de téléphone, un bœuf sauvage ou un oryx arabe est devenu un cheval volant mythique à une corne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *